Qui n’a pas passé des heures coincées dans les bouchons, en période de canicule ?

Il fait beau ce week-end ? Allons-nous cramer la peau sur la plage !

Petite pause pipi sur l’aire d’autoroute, histoire d’en profiter pour acheter de bons sandwiches industriels à 10€. Puis direction la mer où on passe mille ans à chercher une place pour se garer.

Ça y est, on s’installe.

On déballe tout le matos, on fait péter l’huile solaire et on lèche la glace qui fond sur le cornet.

Hop, on laisse nos déchets sur le sable comme ceux d’à côté, pas le choix la poubelle est pleine et de toute façon trop loin !

On est là, au milieu de plein d’autres gens tous prêts à devenir vanille/fraise.

Et très vite, on râloche.

On se plaint qu’il y a trop de monde, qu’il fait trop chaud, que le sable gratte, qu’il y a trop de queue dans la file d’attente, que c’est trop cher en cette saison.

Et on se demande sérieusement pourquoi tous ces gens ont eu la même idée que nous ?


Puis viennent les vacances d’été tant attendues.

En quête d’exotisme, on veut partir à l’étranger pour poster des photos canons sur les réseaux sociaux et faire des envieux.

Alors on cherche les meilleurs prix sur les compagnies aériennes low-cost et on embarque toute notre salle de bains dans des flacons de 100 ml.

Après 8h de vol on se dit que ce serait quand même dommage de ne pas visiter le pays, alors on regarde la carte des excursions* proposées par l’hôtel-club.

Et c’est parti pour l’aventure ! 

Déferlante de gens qui prennent trop de photos, d’autres qui parlent trop fort, et le meilleur pour la fin, ceux qui se croient chez eux.

On en a marre de tous ces touristes autour, on peut pas être tranquille cinq minutes ?!

On dépasse les autres pour laisser une trace de notre passage sur le monument historique : selfies, achats de souvenirs, gravure de nos initiales…

Fatigué des visites, entassés sous 40°, on s’offre une petite pause Coca-Cola en râlant parce que la carte n’est pas traduite en français, et que les plats sont trop épicés. Puis on enchaîne avec la découverte d’un lieu sacré incontournable selon notre guide de poche, en tongs et mini-short.

Les gens d’ici ont franchement d’étranges habitudes, ils nous regardent bizarrement en plus, vivement qu’on rentre chez nous !

Une fois à la maison, on admire nos traces de bronzage et puis on nous demande de raconter nos super vacances.

Et là on se demande qu’est-ce qu’on a appris ?

(vide intersidéral)

Puis on réalise qu’on a juste consommé tout ce qui était possible de consommer. 

Que finalement le tourisme de masse c’est peut-être pas notre truc, qu’il nous manque… un peu de sens. On songe doucement à se renseigner sur le tourisme écoresponsable.

Alors on fait des recherches sur Lilo et on s’imagine voyager autrement

*Options payantes non incluses dans le forfait all-inclusive.


« L’important, ce n’est pas la destination, mais le voyage en lui-même. »

Robert Louis Stevenson.

3 commentaires

C'est exactement tout ce que je n'aime pas et qui me motive à créer mes propres voyages "hors des sentiers battus" (=loin du tourisme de masse) avec une connotation beaucoup plus locale. C'est beaucoup plus enrichissant personnellement :-) Et vous savez quoi ? ça coûte généralement moins cher que le fameux All-Inclusive* !

Julien

Ouf, je me sens tellement extraterrestre quand on me pose la question tu pars en vacances? JE n'ose jamais répondre que j'ai horreur de ça car me vient toujours en tête tout l'article et que je suis à mille lieu d'en rêver, moi j'aime trop la simplicité. Alors heureusement que ma famille aime le camping même quand rien ne se déroule comme prévu, car avec une toile de tente, des matelas, les surprises sont de mise, mais c'est ça la vraie vie mais que c'est également beaucoup plus de préparations surtout avec des enfants si on ne veut pas revenir encore plus fatigué qu'avant de partir, donc les années où on cherche le repos, on oubli cette solution et on fait local, c'est très sympa de prendre le temps de découvrir sa propre région.

Betty

Ah mes vacances, C’est être avec mon homme et ma fille en tente ⛺️ piquée à peine une heure de chez moi, être au bord de la mer sans prendre ma voiture, marché ‍♀️ ou faire du vélo ‍♀️ Faire un p’tit marché producteurs bio locaux, lire un livre de Thich Nhat Hanh, aller ramasser des coques, moules, palourdes juste raisonnable pour le repas du midi, farniente et Tout va bien, c’est simple, peu cher et Transquille. Douce et belle été

Sandrine

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *